Leclerc face aux pharmaciens

Publié le 25/05/2010

Après avoir déjà été contraint de retirer une publicité mensongère à l’encontre des pharmaciens il y a quelques années, Mr Leclerc a recommencé sa provocation en fin d’année 2009.  En effet, on pouvait voir, il y a peu, un spot TV dans lequel  il réclamait que « ses docteurs en pharmacie aient le droit de vendre tous les médicaments non remboursés à prix Leclerc ».

Rappelons tout d’abord à Mr Leclerc que les médicaments ne sont pas du papier toilette et que leur délivrance doit être contrôlée. La plupart des médicaments non remboursés ont une action pharmacologique démontrée et une efficacité clinique prouvée. Une bonne part de ces déremboursements est uniquement due au déficit monumental de la sécurité sociale et non pas à une insuffisance du service médical rendu. La délivrance de ces médicaments doit de plus être associée à un conseil pharmaceutique qui vient d’être largement revalorisé avec la loi HPST.

Prenons l’exemple du Dextropropoxyphène. Cet  antalgique opiacé de niveau II sera bientôt retiré du marché alors qu’il est très utilisé et efficace. Pourquoi ? Parce que certains pays, le Royaume Uni et la Suède pour être exact, ont décidé de vendre cette molécule librement. Résultat : 200 décès/an imputables au dextropropoxyphène en Suède (pour 9 M d’habitants) et entre 300 et 400 au Royaume Uni (pour 60 M d’habitants). La France, qui n’a pas encore fait imploser son système de santé, a recensé  entre 10 et 65 décès/an (pour 65 M d’habitants). Il semble donc que la vente anarchique de médicaments soit encore plus mauvaise pour les patients que pour le pharmacien.

La vidéo visible à l’adresse http://sesoigner-moinscher.com/ est particulièrement intéressante. Selon Béatrice, salariée Leclerc, le personnel des parapharmacies a reçu les mêmes formations que celui des officines. Une mise au point s’impose. D’abord, une parapharmacie n’exige qu’un seul docteur en pharmacie, quel que soit le chiffre d’affaire. En pratique, il n’y a quasiment jamais de docteur en pharmacie au comptoir dans les parapharmacies. Ajoutez à cela le fait que ces docteurs en pharmacie ne font pas partie de l’Ordre et n’ont donc aucun code de déontologie à respecter. Quant au reste du personnel, ce ne sont pas des préparatrices : ce sont de « simples vendeuses ».

Mr Leclerc emploie 180 docteurs en pharmacie dans ses 134 parapharmacies. Combien de clients seront servis par un docteur en pharmacie ? Combien seront servis par une « simple vendeuse » ?

Le principal argument de Mr Leclerc concerne le prix des médicaments. Il dit pouvoir diviser par 2 le prix des médicaments non remboursés. Une baisse de 50% par rapport à quoi ? Sur des prix variant du simple au triple, un médicament dont le prix baisserait de 50% par rapport au prix le plus élevé est  toujours 1,5 fois plus cher que le médicament le moins cher.

Mr Leclerc sait-il qu’il existe des groupements de pharmacies qui regroupent des officines, par dizaines et même par milliers pour commander leurs médicaments en direct. Quand on sait que les remises sont proportionnelles à la taille de la commande, comment va-t-il faire pour diviser par 2 le prix des médicaments vendus dans les pharmacies adhérentes à de tels groupements ?

D’autre part, il existe, la plupart du temps, des médicaments non remboursés équivalents et une pharmacie peut choisir de traiter préférentiellement avec un laboratoire plutôt qu’avec un autre. Avec le principe des remises, on pourra donc voir une variation des prix relativement importante entre des produits équivalents. Le pharmacien va logiquement conseiller le produit qu’il a sélectionné. Cependant, le patient peut vouloir absolument un équivalent que le pharmacien commandera spécifiquement pour lui et dont le prix d’achat sera bien plus élevé. M-E Leclerc fournira-t-il l’ensemble des médicaments disponibles en pharmacie ?

Le monopole du pharmacien est un monopole de compétences. Les écarts de prix montrent bien qu’il n’y a pas de monopole économique. Si c’était le cas, toutes les pharmacies appliqueraient les mêmes prix.

Et si baisse des prix il y a… pour combien de temps : 6 mois, 1 an ?

De plus, les « prix Leclerc » France seraient-ils les mêmes que ceux de Leclerc Italie ? En effet, une boîte de 20 cp d’un célèbre antalgique est en moyenne à 2,90€ dans les pharmacies françaises alors que la boite de 24 coûte 5, 22€ dans les parapharmacies Leclerc italiennes. Faites le calcul : le comprimé de paracétamol est en moyenne… 50% plus cher chez Leclerc Italie.

D’autre part, la quasi totalité des 134 parapharmacies Leclerc se trouve dans des zones commerciales à la sortie des villes. Les 22 500 pharmacies sont, elles, réparties de façon homogène sur le territoire, ce qui assure une bien meilleure proximité.

Et le système de garde ? Leclerc va-t-il payer des docteurs en pharmacie pour assurer un service de gardes ? Rappelons que 95 % des Français jugent ce système indispensable.

Pour ce qui est des industriels, l’AFIPA, qui rassemble les producteurs de médicaments OTC, réaffirme son opposition à la vente de médicaments en grande surface.

Enfin, 93% des Français font confiance à leur pharmacien. Pourraient-ils en dire autant des magasins Leclerc ? Pourquoi être aussi démagogue ? Est-ce pour respecter un serment d’hypocrite ?

Nicolas COLLET

Externe en pharmacie ; Rédacteur de Cours-Pharmacie

Haut de page